NOTRE HISTOIRE

est

Fantastique...

Pour le 20 é anniversaire de la SAS, son président Michel Germain a rédigé une courte retrospective pour la revue "Point à la ligne" :

 

"... Alors je me suis mis en marche. J’ai contacté quelques amis auteurs qui ont contacté eux-mêmes quelques amis. On a travaillé les statuts apportés par Claude Castor et le samedi 7 décembre 1991, nous nous sommes retrouvés à la maison des Associations à La Roche-sur-Foron.

Nous étions 13 à table : Jean Paul Brusson, Claude Castor, Yvonne Dubois, Jean René Farrayre, Claude Fourneyron, Claudie Guimet-Klopfenstein, Gilbert Jond, Jean Louis Hébrard, Jean François Ratonnat, Charles Socquet, Robert Taurines, Louis Vuichard et moi-même.

Vous parlez d’une Cène. Il n’y eut pas de Judas, enfin… pas tout de suite.

Nous avons adopté les statuts et notamment cet article fondamental :      

L'association a pour objet:

- de promouvoir et de défendre le livre, la lecture et les arts,

- de promouvoir les auteurs membres de l'association et de défendre leurs intérêts,

- de diffuser et de commercialiser tout type de productions (écrits, audio-visuel et autres) relatif à l'activité générale de l'association,

- de développer et d'enrichir les relations conviviales entre les membres de la dite association.

Et c’était parti… Basés à La Roche, nous avons organisé le premier Printemps du Livre au Château de cette commune, salon au cours duquel nous avons, par une modeste exposition, rendu hommage à Samivel, décédé peu de temps après avoir accepté d’être membre d’honneur.

           

Croyant que les Savoyards étaient déjà bien structurés, nous avons pensé n’ouvrir la SAS qu’aux auteurs de Haute-Savoie. Ce fut peut-être une erreur, mais ce fut, deux ans durant. Après quoi, ont adhéré surtout les Savoyards de l’avant-pays.

 

Grâce à l’amabilité de M. Paquetet, directeur des services technique du département de Haute-Savoie, nous avons pu éditer dès 1992, le premier annuaire, qui pour des raisons d’étique, présente également des auteurs non membres. Publié tous les deux ans au printemps, 2010 vit sa 9è édition. Myriam Métral de l’imprimerie du Conseil général nous aide grandement depuis ce temps là. Notons au passage que sur les 2000 exemplaires tirés chaque fois, 600 environ sont remis à Savoie Biblio pour être distribués dans les bibliothèques des deux départements.

Dès cette même année 1992 nous nous sommes retrouvés un douzaine d’auteurs au château de Clermont et avons mis en place le partenariat avec le Conseil général et les services culturels, ces derniers prenant alors en charge organisation et repas.

Lors de l’Assemblée générale, qui se déroulait alors le samedi précédent Clermont, nous avons décidé, ensemble, d’un certain nombre de manifestations à mettre en œuvre : les Plumes d’Or et d’Espoir, les interventions dans les établissements, scolaires les bibliothèques, les maisons d’Anciens etc., la restructuration du Printemps du Livre… et des conditions d’adhésion à la SAS.

 

            En septembre 1993, lors de notre AG qui se tint à Megève, nous avons remis notre première Plume d’Or à John Berger et notre première Plume de l’Espoir à Josette Buzaré.

Ces véritables plumes d’or ont été (et sont toujours) offertes par la société ST Dupont, grâce au partenariat mis en place à l’époque par Louis Chamoux (ST Dupont) et Robert Taurines (SAS), partenariat qui perdure grâce à Mireille Giannini.  Par la suite, les lauréats se sont succédé : Ainsi ont été honorés de la Plume d’Or : Jean Vincent Verdonnet, Paul Guichonnet, le préfet Henri Baud, Marie Thérèse Hermann, Michèle Tourneur, Charles Socquet, Louis Terreaux, Gilbert Durand, Jean Bertolino, Michel Butor, Valère Novarina, Jean Nicolas et Jean Christophe Rufin...

Quant aux lauréats de la  Plume de l’espoir, tous ont largement confirmé depuis les pronostiques des jurys qui les avaient remarqués. Après Josette Buzaré, ce fut Elisabeth Charmot, André Gilbertas, Michèle Chatelain, Philippe Roman, Colette Gérôme, Corinne Bouvet de Maisonneuve, Patrick Leroy, Françoise Blanchard, Jean Charles Vandenabeele, Thierry Ledru et Méas Pech-Métral.

Devant la difficulté de trouver un jury pour cette plume, elle fut abandonnée en 2004 et cinq ans plus tard, nous avons créé, sur une idée de Jean Claude Bibloque, la Plume de Cœur décernée par les lecteurs du bourg, où nous tenons le Printemps du livre.

            Pour chacune de ces remises, nous avons essayé de faire appel à des personnalités, montrant par là le rôle important de notre société dans le paysage culturel savoyard. Ainsi, certaines plumes ont été décernées par monsieur le ministre Besson, monsieur le Préfet de Haute-Savoie, messieurs les députés Birraux et Dor, monsieur le sénateur Golliet, ou bien encore des conseillers généraux et des maires des bourgs qui recevaient notre Assemblée générale. Nous tentons de faire en sorte que la Plume d’Or soit remise par le lauréat de l’année précédente, ce n'est jamais facile. Le président du Conseil départemental est également de ceux qui, soutenant notre société ; Il est plus que présent.

            Dans l’optique de faire vivre la poésie, nous avons créé en 1993, le Cercle des Poètes Retrouvés. Le C.P.R. fut d’abord animé par  Anne Gay, poétesse de la vallée de l’Arve. Ornella Venturini prit le relai et donna un coup d’accélérateur à ce groupe et enfin Marijo Thabuis a assis définitivement le C.P.R. à La Roche-sur-Foron, puis Cornier, tout en le développant encore. Les poètes ont depuis cette date, grâce à la SAS, une structure pour se retrouver et faire vivre la poésie en pays de Savoie.

           

Un jour de juin de l’an 2000, alors qu’il pleuvait dru, Jacques Besson, maire de Seynod, me demanda si la SAS pouvait faire une animation dans cette magnifique maison de maître qu’on était en train d’inaugurer. C’est ainsi que sont nés les Vendredis de Malaz. L’idée du vendredi 18 heures revint au conseiller municipal et architecte Jean Pierre Montmasson. Dès le départ, Léo Gantelet et Nicole Thierry de la mairie de Seynod organisèrent et animèrent 6 soirées au cours de l’année : musique, chansons, conférences diverses etc. se succèdent avec bonheur depuis ce temps, grâce à Hélène Soris et son mari qui prirent le relai. Puis ce fut au tour de Bernard Pacot de tenir les clefs de la maison.  Les Vendredis trouvèrent un nouveau souffle avec la venue de Bruno Arts. C’était en 2004. Il y a là, sans conteste, une animation culturelle de choix, portée par la SAS (surtout Bruno) et la mairie de Seynod, grâce à Françoise Camusso. (Vendredis de Malaz arrêtés en 2015)

C’est cette même année 2000  que nous avons décidé d’implanter officiellement la SAS à la Maison de Malaz. Si c’est une réussite financière pour notre association, nous n’avons pas encore réussi à faire de cette maison, la Maison de la SAS. Cela viendra peut-être un jour.

 

            En 1994, nous avons lancé la revue Point à la Ligne. Le but était et reste de présenter la SAS au grand public, ses activités et ses membres mais surtout ses publications. Songez que les auteurs de la SAS « produisent » près d’une trentaine de livres chaque année. Cette revue tirée à mille exemplaires, entièrement financée par la SAS, est distribuée gratuitement dans les salons, les librairies et les lieux de vente des livres par les auteurs eux-mêmes.

Les deux premiers numéros avaient été entièrement financés par notre ami Charles Socquet ; après sont venus les subventions et les aides diverses.

            Cette même année 94, nous avons pensé qu’il serait bon de créer un fonds savoyard. Le premier fut mis en place à la bibliothèque de la Roche à qui nous avons donné plus d’une centaine de livres. Lorsque nous avons transféré notre siège à la Maison de Malaz, nous avons également transféré le fonds et depuis cette date, les livres donnés gracieusement par les auteurs (il en manque souvent malheureusement) sont remis à la médiathèque de Seynod. Lorsqu’ils ont fini « leur vie active », ils seront rangés dans l’armoire vitrée de la Maison de Malaz.

 Malheureusement la médiathèque de Seynod ne jouant pas le jeu, nous avons arrêté des dons.

            En 1995, nous avons publié un petit recueil de poésies et de textes divers « Malaz en poésies » qui, tiré à un millier d’exemplaires, fut vendu notamment lors des Vendredis.

En 1999, nous avons voulu marquer le futur siècle en publiant « Traces… pour demain ». Cet ouvrage collectif dans lequel 36 auteurs ont écrit et où on trouve des illustrations d’Yves Mairot, a été tiré à 2000 exemplaires, vendus ou donnés. Le relatif échec de cette opération ne nous incita pas à récidiver. Cependant sortit « Poésie multiple », un CD où travailla beaucoup Bernard Paccot.

Entre temps, il avait fallu se « battre » pour sauvegarder l’intégrité de la SAS. Un membre que nous avions fait entrer au CA, briguant la place de président qu’aucun membre ne voulait lui confier, créa de dépit en Maurienne une Société des Auteurs savoyards bis. Il a fallu une intervention de ma part auprès de la sous-préfecture pour faire modifier le nom de la nouvelle association mauriennaise ainsi créée. Je ne sais ce qu’il en est à ce jour de la dite association des auteurs de l’arc alpin.

 

            Parlons un peu des salons et des journées du livre. Lorsque nous avons lancé la SAS, il n’en existait point ou presque point (sauf Hermillon). On peut dire que plusieurs villes et villages, où nous avons organisé le Printemps du Livre ont poursuivi avec bonheur notre œuvre en organisant eux-mêmes des salons. Ainsi en cette année 2011, ce sont plus d’une quinzaine de salons qui animent nous deux départements tout au long de l’année.

Le Printemps du livre a la particularité d’être le seul salon itinérant et de se déplacer alternativement dans les deux départements. La Société organise le Printemps du livre chaque année avec un maximum de partenariat avec les communes qui nous accueillent et le salon de Clermont avec le Conseil départemental. De plus, nous participions activement au salon de Bonneville. Nous avons réussi à « imposer » un certain nombre de conditions à la présence des auteurs de la SAS dans les nombreux salons et notamment la gratuité de notre présence (ce ne fut pas sans mal) et parfois plus avec les repas payés. Le Printemps du Livre a également la particularité d’exister grâce à un partenariat avec les communes qui permet, tant bien que mal, d’organiser une semaine du livre avec des rencontres avec les scolaires, le Troisième âge et les bibliothèques. Les auteurs restent ouverts à toutes les propositions de ces partenaires naturels.

 

            En 2008, nous avons créé les Amis de la SAS, sur une très belle idée d’Elisabeth Charmot. Nous voulons par là remercier du fond du cœur toutes celles et ceux qui n’ont cessé de croire en nous et de nous aider : Félix Plottier créateur du salon de Bonneville, où nous œuvrons en partenariat avec L’Université du Temps libre, Françoise Camusso, conseillère générale et maire de Seynod qui n’a cessé de nous soutenir, tant pour les Vendredis que financièrement emmenant avec elle, Isabelle Berrod et Apolline Charbonneaux de la culture, Louis Chamoux et Mireille Giannini de la Société ST Dupont, Pierre Sève du château de Clermont, Myriam Métral de l’imprimerie du Conseil général ; merci à tous.

 Depuis les ont rejoint Alain Carré et Régine Salméron.

 

            En mars 2009, nous avons tenu une importante réunion afin de redonner un nouveau souffle à notre société. Depuis vingt ans, plus de 130 membres nous ont rejoints et nous continuons d’enregistrer des demandes. D’anciens membres sont partis sous d’autres cieux, certains sont décédés et nous avons toujours une pensée pour tous.

La création du site en 2010 par Bruno Arts, en remplacement de celui qui avait été créé voilà plusieurs années par Elisabeth Charmot, qu’avait efficacement relayé Gérard Châtel, site qui a fait ses preuves, donne déjà à la SAS une nouvelle vitalité. Il devrait nous permettre de progresser encore dans le domaine de la notoriété. La revue « Point à la Ligne » est plus moderne et améliore encore notre image, si besoin était.

 

            Voilà, c’est un peu tout cela la Société des Auteurs Savoyards et encore la place me manque pour vous parlez de nos petits problèmes rencontrés en 4 lustres.

Mais le plus important c’est qu’aujourd’hui, la SAS se porte très bien : depuis 20 ans, la Société des Auteurs Savoyards avance dans le paysage littéraire savoyard. Elle a permis à de nombreux auteurs de se rencontrer et de vivre ensemble une très belle expérience, de promouvoir les œuvres littéraires de tous genres, du roman à la poésie, des travaux historiques aux essais etc.

Vive la Société des Auteurs Savoyards et encore merci à tous ceux qui ont œuvré et qui œuvrent encore pour sa plus grande réussite."

Michel Germain

 

Vous trouverez toutes les nouveautés dans ce site, attendu que mon texte date de 2011 et que depuis nous avons considérablement avancé. MERCI à tous

 


 

 

Cette photo a été prise en septembre 1990 au château de Clermont,

soit un an avant la naissance de la SAS

MAIS on reconnait sur ce cliché 4 des 5  protagonistes du départ :

Marie Thérèse HERMANN (en bleu), Yvonne DUBOIS (toute en blanc), Louis VUICHARD à la gauche) et Michel GERMAIN (costume vert) (Le photographe se nomme Henri TRACOL)

 

Premier logo de la SAS, créé gracieusement en 1991.

Il a été changé assez rapidement, car trouvé trop ringard par certains.

Le nouveau logo a vu le jour lors d'un conseil d'administration de juin 2000